Ir para o conteúdo
Mostrar cesto Esconder cesto
Tela cheia

RIPESS

14 de Abril de 2013, 21:00 , por Daniel Tygel - | Ninguém está seguindo este artigo ainda.

Promotion de l’ESS pour une récuperation post-COVID durable

26 de Outubro de 2020, 7:51, por RIPESS - 0sem comentários ainda

Le RIPESS et l’Agence catalane de coopération au développement (ACCD) entament une collaboration pour promouvoir l’ESS en tant que stratégie clé du développement durable dans un contexte post-Covid19.

Le projet, financé par l’ACCD, durera un an dans sa phase pilote, et renforcera les actions du RIPESS dans la promotion de l’ESS dans les espaces internationaux et du plaidoyer public à différents niveaux.

 

Dans un contexte de crise sans précédent à travers le monde, avec des conséquences dramatiques pour la santé publique, l’économie et la société causée par la pandémie du COVID-19, l’ACCD et le RIPESS réaffirment leur engagement en faveur des économies transformatrices en tant que stratégie pour atteindre le développement durable.

 

L’ESS joue un rôle très important dans la gestion et l’atténuation de l’impact à court et à long terme de la crise du COVID-19. À court terme, les acteurs de l’ESS ont contribué à la récupération en apportant des solutions innovantes qui ont souvent renforcé les services publics et renforcé l’action gouvernementale. À long terme, les organisations de l’ESS, qui portent implicitement des comportements commerciaux visant à réduire les inégalités dans la société et à quantifier la valeur sociale, offrent une alternative économique transformatrice grâce à la promotion des modèles économiques inclusifs, durables et orientés vers les Objectifs de Développement Durable 2030. Le défi, comme le précise le RIPESS dans la déclaration qu’il a publiée sur la pandémie et ses conséquences, est de construire un modèle de développement alternatif, motivé par les besoins de tous les peuples et communautés du monde et pour la protection de notre planète.

C’est avec cet objectif de continuer à promouvoir l’ESS en tant que stratégie de développement durable qu’est née cette nouvelle collaboration financée par l’ACCD et mise en œuvre le RIPESS. En tant que réseau intercontinental de l’ESS, le RIPESS veut continuer à contribuer à la réalisation des ODD à travers l’ESS, avec ses membres aux niveaux local, national et continental, en confluence avec d’autres réseaux mondiaux et avec les institutions des Nations Unies. En ce sens, ce projet entend intensifier le travail de plaidoyer du RIPESS et de ses membres, et assurera le lien entre les actions globales et locales.

D’autre part, l’accent sera mis sur une meilleure intégration de l’ESS dans les programmes des acteurs internationaux qui travaillent sur les stratégies de développement, mais aussi sur l’accroissement du rôle du RIPESS dans les espaces où se déroulent des activités de promotion internationale. Également, il sera question de promouvoir le dialogue entre les réseaux de l’ESS et les gouvernements pour la co-construction de politiques et de programmes favorables à l’ESS. En outre, le projet mettra en œuvre des actions régionales et locales en Amérique Latine et en Afrique, où il cherchera à renforcer les réseaux et les organisations de l’ESS, en particulier les associations de femmes et de minorités.

 

The post Promotion de l’ESS pour une récuperation post-COVID durable appeared first on RIPESS.



Promotion de l’ESS en tant qu’élément clé pour une récuperation post-COVID durable

26 de Outubro de 2020, 7:51, por RIPESS - 0sem comentários ainda

Le RIPESS et l’Agence catalane de coopération (ACCD) entament une collaboration pour promouvoir l’ESS en tant que stratégie clé du développement durable dans un contexte post-Covid19.

Le projet, financé par l’ACDC, durera un an dans sa phase pilote, et renforcera les actions du RIPESS dans la promotion de l’ESS, de la coopération intercontinentale et du plaidoyer publiques à différents niveaux.

 

Dans un contexte de crise sans précédent à travers le monde, avec des conséquences dramatiques pour la santé publique, l’économie et la société causée par la pandémie du COVID-19, l’ACDC et le RIPESS réaffirment leur engagement en faveur d’économies transformatrices en tant que stratégie pour atteindre le développement durable.

 

L’ESS joue un rôle très important dans la gestion et l’atténuation de l’impact à court et à long terme de la crise du COVID-19. À court terme, les acteurs de l’ESS ont contribué à la récupération en apportant des solutions innovantes qui ont souvent renforcé les services publics et renforcé l’action gouvernementale. À long terme, les organisations de l’ESS, qui portent implicitement des comportements commerciaux visant à réduire les inégalités dans la société et à quantifier la valeur sociale, offrent une alternative économique transformatrice grâce à la promotion des modèles économiques inclusifs, durables et orientés vers les Objectifs de Développement Durable 2030. Le défi, comme le précise le RIPESS dans la déclaration qu’il a publiée sur la pandémie et ses conséquences, est de construire un modèle de développement alternatif, motivé par les besoins de tous les peuples et communautés du monde et pour la protection de notre planète.

C’est avec cet objectif de continuer à promouvoir l’ESS en tant que stratégie de développement durable qu’est née cette nouvelle collaboration financée par l’ACDC et qui mise en œuvre le RIPESS. En tant que réseau intercontinental de l’ESS, le RIPESS veut continuer à contribuer à la réalisation des ODD à travers l’ESS, avec ses membres aux niveaux local, national et continental, en confluence avec d’autres réseaux mondiaux, et avec les institutions des Nations Unies. En ce sens, ce projet entend intensifier le travail de plaidoyer du RIPESS et de ses membres, et assurera le lien entre les actions globales et locales.

D’autre part, l’accent sera mis sur une meilleure intégration de l’ESS dans les programmes des acteurs internationaux qui travaillent sur les stratégies de développement, mais aussi sur l’accroissement du rôle du RIPESS dans les espaces où se déroulent des activités de promotion internationale. Également, il sera question de promouvoir le dialogue entre les réseaux de l’ESS et les gouvernements pour la co-construction de politiques et de programmes favorables à l’ESS. En outre, le projet mettra en œuvre des actions régionales et locales en Amérique Latine et en Afrique, où il cherchera à renforcer les réseaux et les organisations de l’ESS, en particulier les associations de femmes et de minorités.

 

The post Promotion de l’ESS en tant qu’élément clé pour une récuperation post-COVID durable appeared first on RIPESS.



« Nous parlons de solidarité, alors mettons-la en action! »

26 de Outubro de 2020, 7:44, por RIPESS - 0sem comentários ainda

Découvrez l’interview avec les nouveaux co-coordinateurs du réseau RIPESS: Marcus Hill du RIPESS Amérique du Nord (États-Unis), Judith Hitchman du réseau mondial d’agriculture solidaire, URGENCI, et Shigeru Tanaka de l’ASEC / RIPESS Asia (Japon). Ils partagent leur vision de l’ESS, leurs ambitions pour le RIPESS et leurs opinions sur la manière dont leur expérience particulière peut bénéficier au réseau.

 

– Vous êtes les nouveaux co-coordinateurs du RIPESS. Pouvez-vous partager votre vision de RIPESS ?

Shigeru : Je pense que nous savons tous que l’économie solidaire fonctionne dans de nombreux endroits, dans de nombreuses localités, nous avons de nombreux cas de réussite et nous savons donc que cela fonctionne à l’échelle micro. Mais nous devons le porter sur la scène internationale afin de briser les barrières d’échelle. Et je pense que c’est la valeur ajoutée de RIPESS. Des organisations qui se rassemblent en réseau pour montrer que l’ESS est quelque chose qui non seulement fonctionne à plus petite échelle, mais également transforme des sociétés entières. Le rôle de RIPESS Intercontinental est d’en tirer parti. Ou du moins, c’est ce que je voudrais renforcer dans les prochaines années.

Judith : Le monde est en état de crise. Nous avons une pandémie mondiale qui mène à ce qui est probablement la pire crise économique des cent dernières années et nous avons la crise climatique qui est balayée sous le tapis. Toutes ces crises ont été causées par le système néolibéral. Le système néolibéral ne peut pas résoudre ces crises. Ils peuvent faire de l’écoblanchissement, mais ils ne peuvent pas réparer la situation. La solution vient de l’économie solidaire, des initiatives menées par la base. C’est donc la voix que nous devons porter très fortement dans les institutions. Et nous commençons à gagner une certaine reconnaissance.

L’ESS est intersectionnelle par nature ; nous devons travailler avec d’autres mouvements sociaux afin de faire un réel changement dans la société, car l’alternative est la fin de nous et la fin de la planète.

Marcus : Je pense que nous avons encore le temps d’agir. À travers toutes nos expériences, nous avons vu à la fois des micro- et des macro-projets pour savoir qu’il existe des alternatives et pour avoir une organisation mondiale et intercontinentale capable d’articuler ces possibilités et ces connexions et d’opérer à différentes échelles pour voir ce qui est possible. Nous avons vraiment besoin de cela maintenant, nous devons établir ces liens pour établir la solidarité. Par exemple, lorsque je suis ici chez moi et que je travaille sur un très petit projet, je peux voir qu’à l’échelle internationale, il se passe quelque chose de très similaire, et cela nous donne du pouvoir. Nous pouvons faire nos petites choses ici, nous pouvons nous connecter, créer un réseau mondial. Nous parlons de solidarité, alors mettons-la en action. Je pense que c’est là que résident le pouvoir et la responsabilité, et j’espère sincèrement que le comité mixte progressera dans cette direction.

 

– Quelle est votre ambition pour votre coordination conjointe ? Comment percevez-vous votre rôle ?

Marcus : Définitivement mettre l’accent sur le réseautage, il faut l’amplifier.

Judith : Je pense que notre rôle de co-coordinateurs est transversal. J’ai d’abord rejoint le Conseil d’administration du RIPESS en tant que l’une des représentants pour l’Europe, mais au cours des 2 dernières années j’ai rempli le même rôle pour Urgenci et c’était facile pour moi car il s’agissait du sujet de l’agroécologie ; mais ce nouveau rôle (en tant que coordinateur conjoint du RIPESS) signifie passer à une promotion beaucoup plus poussée de tous les enjeux de l’ESS, ce qui sera aussi dans une certaine mesure une courbe d’apprentissage pour moi. Mon rôle est spécifiquement lié au plaidoyer et aux aspects généraux de l’ESS, c’est quelque chose sur quoi je travaille depuis 25-30 ans, donc la promouvoir comme une option viable dans le monde ne serait pas juste un projet, mais le projet global.

Shigeru : Sur un plan plus pragmatique, notre rôle est de sécuriser l’infrastructure qui peut maintenir les projets et les ambitions du RIPESS en vie. C’est le rôle du Conseil dans son ensemble, mais je pense qu’en tant que coordonnateurs conjoints, nous avons un rôle clé à jouer à cet égard.

 

– Pour la première fois, le RIPESS dispose d’une équipe de coordination commune, marquée par le sexe, l’âge et la diversité culturelle. Comment pensez-vous que ce résultat affectera votre style de coordination ?

Shigeru : Je viens d’un pays où l’éducation consiste essentiellement à aller à l’école et où je peux donner la bonne réponse à la question d’examen. Cela nous a mis dans un état d’esprit où les gens ont tendance à penser qu’il y a la meilleure réponse correcte pour tout. Mais je pense que la beauté de l’économie solidaire est qu’il existe de nombreuses réponses correctes et de nombreuses façons de procéder. Donc pour moi et pour beaucoup de gens travaillant sur ce sujet, embrasser l’ESS est une expérience très libératrice. Vous comprenez que vous n’avez pas à vous enfermer dans ce qui est censé être bien ou mal, ce que vous devriez ou ne devriez pas faire. Cela nous soulage d’une terrible pression. Et je veux que le Conseil fonctionne de la même manière que libère les personnes qui travaillent avec RIPESS.

Marcus : Aux États-Unis, nous sommes dans un moment de crise depuis assez longtemps. La base de ce pays, l’économie globale est bien connue pour son exploitation, et les États-Unis sont très raciaux et très classistes. Nous parlons ici de changement et d’amélioration, mais ces idées sont toujours ancrées dans le néolibéralisme; et dans le néolibéralisme, personne ne conteste le statu quo. Nous nous limitons donc à voter tous les quatre ans.

Nous avons besoin de meilleures alternatives, nous avons besoin de meilleurs systèmes et infrastructures démocratiques, fondés sur la participation, la responsabilité, la transparence, l’équité et la durabilité. L’ambition de RIPESS est d’offrir ces alternatives. Mon travail consiste donc essentiellement à connecter mon travail local à des contextes et des solutions globaux.

Judith : L’économie solidaire et les mouvements de souveraineté alimentaire sont tous les deux nés dans les années 1990 et je suis impliquée dans les deux plus ou moins depuis le début. Le mouvement pour la souveraineté alimentaire est probablement plus reconnu et mieux développé que l’ESS au niveau mondial, mais il y a plusieurs milliers de millions de personnes impliquées dans le monde entier. J’ai passé les 15 dernières années à essayer de rapprocher ces deux mouvements car je ne pense pas que nous puissions parvenir à la souveraineté alimentaire sans faire ce changement essentiel de l’économie solidaire.

De plus, j’ai l’honneur d’être une leader mondiale dans mon propre mouvement qui compte environ 3 millions de membres, ce qui me donne une expérience pratique d’un travail d’équipe convivial que je pense essentiel pour un travail efficace.

Et je suis aussi très irlandaise dans ma façon de faire et dans ma culture ; cela signifie que ce qui compte pour moi ce n’est pas la qualification, statut social ou âge. Ce qui compte pour moi c’est les affinités pour travailler ensemble, faire des choses ensemble et partager des idées. Et je pense que notre coordination représente une incroyable diversité culturelle, de genre d’âge et raciale. Je pense que nous représentons de nombreux enjeux auxquels nos sociétés doivent faire face de trois manières différentes. Donc, travailler ensemble ne peut être que très amusant pour moi. Ça doit être amusant, sinon je ne peux pas le faire !

 

The post « Nous parlons de solidarité, alors mettons-la en action! » appeared first on RIPESS.



Nouvelle coordination RIPESS pour relever les défis de demain

22 de Outubro de 2020, 5:00, por RIPESS - 0sem comentários ainda

Le monde est confronté à une série de crises sans précédent et leur impact s’est accru depuis l’épidémie COVID-19. Les niveaux de pauvreté et les inégalités ont augmenté, tout comme le nombre de personnes souffrantes de faim aiguë. D’un côté on observe une accumulation spectaculaire de richesse entre les mains de quelques-uns, et de l’autre on constate que les personnes qui ont déjà souffert de diverses formes de discrimination sont encore plus durement touchées.

Il est devenu de plus en plus clair que le système économique actuel est incapable de fournir des solutions viables et qu’il est urgent de passer de la simple accumulation des profits à la protection des personnes et de leurs communautés. Bien que les défis auxquels nous sommes confrontés soient énormes, une approche fondée sur la justice, la solidarité et l’équité est la seule solution pour répondre aux problèmes actuels et le meilleur moyen de façonner un monde plus inclusif et durable. Le RIPESS, en tant que réseau mondial de réseaux engagés dans la promotion de l’économie sociale et solidaire, a la responsabilité particulière de sensibiliser et de plaider activement pour le changement de paradigme.

Afin de relever ce défi, le Conseil intercontinental du RIPESS a décidé que la gouvernance devait devenir plus robuste. Sur une décision collective, le Conseil a ainsi proposé de passer vers un modèle de gouvernance basé sur une coordination participative et intercontinentale de trois membres élus du Conseil. Ceci a remplacé le tandem Coordination – Vice-coordination qui existait au sein du RIPESS depuis 2008.

Le rôle de la co-coordination est de continuer à renforcer le RIPESS, à la fois en interne et en externe, à travers un travail basé sur trois piliers principaux (mais non exclusifs): le plaidoyer, le réseautage et l’inter-coopération entre les différents membres continentaux et la gouvernance.

L’ambition est de prouver que la diversité et la richesse des membres du réseau RIPESS, de la base au niveau mondial, est une grande source d’inspiration pour le changement, et qu’en renforçant les liens entre ses membres, le RIPESS peut renforcer sa position d’acteur de poids et être une puissante voix dans les débats sur l’ESS.

La dernière réunion du Conseil d’administration du RIPESS, le 8 octobre 2020, était donc symboliquement significative. Jason Nardi et Yvon Poirier, qui étaient fortement engagés dans le réseau dans leurs fonctions respectives de coordonnateur et vice-coordonnateur, ont terminé leur mandat. Le conseil d’administration du RIPESS Intercontinental a voté et approuvé à l’unanimité Shigeru Tanaka (du réseau asiatique ASEC), Judith Hitchman (du réseau sectoriel international URGENCI) et Marcus Hill (du RIPESS Amérique du Nord) en tant que nouveaux co-coordinateurs du RIPESS Intercontinental.

 

Shigeru Tanaka est le directeur exécutif de Pacific Asia Resource Center (PARC), un groupe de réflexion à but non lucratif basé à Tokyo, au Japon. Shigeru est l’un des membres du comité de l‘ASEC / RIPESS-Asia.

Judith Hitchman, l’actuelle présidente d’Urgenci, est impliquée auprès du RIPESS Intercontinental depuis 2004 à divers titres. Au cours des 15 dernières années, Judith a travaillé sur le lien entre la souveraineté alimentaire et l’économie solidaire au niveau politique.

Marcus Hill US est coordinateur du US Solidarity Economy Network (USSEN), membre du RIPESS North America. Depuis 2009 il travaille sur le sujet des enjeux alimentaires locaux.

 

Egalement, l’équipe technique du RIPESS s’est également renforcée pour accompagner les nouvelles ambitions du réseau et elle compte désormais avec deux nouveaux membres. Juli Hernandez est devenu le nouveau responsable de plaidoyer et de gestion de projet, tandis qu’Ewa Widlak a rejoint le réseau en tant que responsable de communication intercontinentale.

The post Nouvelle coordination RIPESS pour relever les défis de demain appeared first on RIPESS.



Hommage à David Thompson, Co-Coordinateur du RIPESS

25 de Setembro de 2020, 8:48, por RIPESS - 0sem comentários ainda

Le RIPESS a la tristesse d’annoncer le décès de David Thompson dans la nuit du vendredi 18 au 19 septembre 2020.

Il laisse dans le deuil sa femme Rosemary et ses deux enfants, Francis et Louis.

David a rejoint le RIPESS Intercontinental en 2004 et est membre du conseil d’administration depuis novembre 2005, représentant la région Océanie. Il a participé à différents comités et à différentes thématiques de travail. Il était coordinateur (semblable à un coprésident) depuis décembre 2019.

Au fil des ans, il a participé à différentes réunions mondiales du RIPESS, ainsi qu’à des réunions en face à face du conseil d’administration. Il était avec nous lors de la dernière de ces réunions, qui s’est tenue à Bilbao en octobre 2018 à l’occasion de l’événement GSEF2018.

La dernière réunion à laquelle il a participé avec ses collègues du RIPESS a été la réunion du groupe de travail inter-agences des Nations Unies sur l’économie sociale et solidaire en novembre dernier à Trente, en Italie. C’est là que la photo a été prise.

En Australie, David a fait une longue carrière et été au service du secteur de l’emploi en tant que directeur général de Jobs Australia pendant 30 ans. Il a également reçu l’Ordre d’Australie (OA) pour ses services en matière d’emploi et de formation en 2005. En outre, David a soutenu la « naissance » du NENA (New Economy network Australia/ Réseau Australien de la Nouvelle Économie) et a contribué à son développement organisationnel continu. Il a été l’un des premiers membres du groupe de pilotage de NENA, qui a été créé après la première réunion à Sydney en août 2016, et a présenté NENA au RIPESS.

Outre le RIPESS, il a également exercé une activité internationale au sein de COMMACT, le réseau du Commonwealth pour le développement centré sur les personnes. Cette organisation est présente en Inde, au Népal, en Malaisie et au Royaume-Uni. Ces dernières années, COMMACT est devenu moins actif en raison du manque de ressources financières, mais il s’est impliqué pour établir des ponts avec les membres du RIPESS Asie (ASEC).

Pour le RIPESS, nous pensons que sa disparition est une grande perte, non seulement pour nous, mais aussi pour les organisations/professionnels du monde entier qui promeuvent une approche de l’économie et de la société dans son ensemble centrée sur les personnes.

David était apprécié par tous ses collègues et son sens de l’humour nous allégeait l’atmosphère lorsque nous étions trop sérieux !

Nous adressons nos sincères condoléances à la famille de David, et les accompagnons dans leur deuil. Qu’il repose en paix.

The post Hommage à David Thompson, Co-Coordinateur du RIPESS appeared first on RIPESS.